Poudlard Forever

19 ans après la défaite de Lord Voldemort, qui a dit que le mal serait à jamais disparu ?
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Rps de Dwarf Maul (bout a bout...)

Aller en bas 
AuteurMessage
Dwarf Maul
Élève De Poufsouffle / Septième Année
Élève De Poufsouffle / Septième Année
avatar

Messages : 32
Date d'inscription : 09/01/2009

Feuille de personnage
Relation:
Age Du Perso: 18 ans
Point De Magie:
40/50  (40/50)

MessageSujet: Rps de Dwarf Maul (bout a bout...)   Dim 25 Jan - 18:56

Poudlard... Ecole de magie toujours aussi présente dans l'univers des sorcier d'angleterre... Et d'ailleurs aussi!! La légende de cette école est connue de tous.. Ce fut en ce lieu que se déroula l'ultime batalle du bien contre le mal... De harry potter contre voldemort... Ce dernier croyant pouvoir s'assurer un parfait contrôle sur tout... J'aimerais un jour vivre un évènement pareil. Mais bon... La vie aura voulu que je ne soit qu'un élément commun de la société actuelle. Simple élève dans cette école historique de par son passé. J'étais au chemin de traverse, une bièraubeurre a la main. Cela allait faire au moin quatres ans que j'étais là bas. J'étais arrivé chétif, innoncent et presque dépourvu de tous mes moyens. Tout du moin dépourvu de capacité a me débrouillé en communauté...

Si je n'avais pas connus Snow, je pense bien que la majeure partie des serpentards me prendrais pour cible aujourd'hui... Ce qui ne veux pas dire qu'ils ne le font pas. Au contraire! Mais bon là ce n'est pas pour les meme raisons... J'étais vêtue comme a mon habitude.. Un pantalon noir et une chemise de meme couleur. Mes mitaine assorties me donnaient peut être l'air d'un gothique, mais mon visage d'ange ne laissait transparaitre ce sentiment que peu de temps. Je bu le reste de ma bièraubeurre d'une traite et me rendis au comptoire pour payer le patron. Il me connaissait bien, parce que j'étais un client régulier, aussi bien en hébergement qu'en restaurant...

Tennez patron, gardez la monnaie et merci encore de m'avoir hébergé pour l'été!

Mais de rien Dwarf. Tout le bonheur fut pour moi! Tu me rend service de temps en temps donc je te rends la pareil!

Bof... Faire la plonge et tenir le bar quand vous vous absentez ce n'est pas grand chose!

Peu de gens feraient ca, donc je t'en remercie grandement... Au fait, tu devrai transplaner maintenant si tu ne veux pas arriver en retard pour la rentrée à Poudlard!

Jetant un coup d'oeil à la pendule du bar, j'écarquilla les yeux. D'un coup de baguette je fis venir mes affaires a moi. Une valise marron a liserais noir ainsi qu'un cape grise arrivaèrent et manquèrent d'écraser Tout-en-Poil, mon chat noir. Celui ci bondit sur le côté et regarda la valise d'un air provocateur et mauvais. Je souris et me tourna vers le patron :

Merci encore! Au revoir et à l'année prochaine! Allé viens Tout-en-Poil!

Et d'un signe de la main, je sortis en trottinant et en passant pa le passage du mur... La rentré était arrivée et j'allais retrouver Snow...

*************************


J'étais sur le quai neuf trois quart. Les rayon de soleil se laissaient apercevoir sur ce quai de gare sorcier où l'on entendais les machinerie du Poudlard Express tournées comme un coeur battant la chamade. Je pense que c'était la sensation qqu'avaient certains premières année en ce moment. Mais bon, on y était tous passé, moi le premier... Je monta dans le train et pris place dans un des compartiment, en compagnie de quelques poufsouffles sans grand intérêt... Mon regard défilait sur l'entrée du quai, d'où l'on voyait sortir des sorcier ou sorcière, jeunes ou vieux...

Mon esprit finis par vagabonder sur Snow... Une perle de soleil dans la réalité... Je pense bien que si je n'avais pas rencontrer cette lumière dans mes ténèbres, j'aurais finis par sombrer... Une époque bien sombre de ma vie où j'étais encore un gamin inocent et inconscient. Je suis toujours un gamin! Mais j'avais perdus les autres mérites que me valait mon passé. Le train se mit en route et je me dis que Snow devait être quelque part dans le train. En m'excusant auprès de mes camarade de compartiment, je me leva et commença a faire le tour de tous les wagons. Je pris quelques bonbons auprès de la vendeuse dans les couloirs et ne trouvant point Snow, je retourna dans mon compartiment, l'air dépité... Les autres savaient très bien pourquoi mais ils ne le dirent pas. Je souris un peu et leurs proposa des dragée surprises. Chacun en pris un et je me retrouva avec le seul à la crotte de nez... Encore une fois !

Pendant le long trajet qui relis la gare avec Poudlard, je n'arrêtais pas de penser a Snow. Elle me manquait terriblement et je m'inquiètais de ne pas la voir dans le train qui filait droit vers l'école... Arrivés à Poudlard, nous prîmes place dans la grande salle où les premières années se firent nommées. Chacun alla dans sa maison respective. A la fin de la cérémonie, les lourd battant de la porte de la grande salle s'ouvrir simplement, révèlant une silouhette plus que familière a ses pieds: Snow venait d'arriver...

Celle ci était d'humeur massacrante, ce qui n'empêcha pas mon coeur de résonner de tout l'amour que j'éprouvait pour elle. Je resta silencieux et ne lui lança aucun regard. Des messes basses se firent entendre je ne fis taire que celles des poufsouffle avoisinant, la baguette posée a côté de moi... Un simple regard avait suffit pour qu'ils comprennent qu'un flambio allait sûrement partir du bout de celle ci dans les dortoir si cela continuait. Je leur répondis par un magnidfique sourire entendus. Lorsqu'elle pris place a la table a côté de moi, je pris soin de ranger ma baguette et de lancer des conversations dans tous les sens en évitant tout sujet la concernant directement ou indirectement...

Lorsqu'elle se leva pour sortis de table, je la suivis sans un mot et la pris par le bra lorsque nous étions dans le hall. D'un regard je compris qu'elle en avait marre. Marre de quoi? De sa vie qui tournait souvent au vinaigre... Mais bon, il faut bien quelqu'un pour que ce vinaigre redevienne du bon vin! Elle ne dis que quelques mots et cela me suffit pour l'attirer dans mes bras... Je la serra contre moi, contre mon coeur... Lui exprimant tout ce que je voulais lui dire... Lorsque notre étreinte fut finie, je lui murmura a l'oreille :

Tes cheveux sont magnifique pourquoi te les arracher?

Je lui fis un sourire mesquin l'embrassa simplement... Laissant déferler en moi un flot infinis de sentiment chaud et doux... Un flot qui ne devrais jamais cessé selon mon sens...

La jeune femme se détendis dans mes bras et sous le baiser réciproque et passionnant. Je frémissait sous ses caresses et lorsque ses main s'aventurais un pue plus bas, je ne faisait que la suivre... La vie est un chemin... L'amour est une route... L'union est un destin...

Le baiser se rompit et ele meremercia. De quoi? Je pense qu'être moui même suffisait pour répondre, même si je n'en voyait pas l'utilité. Puis elle me demanda de la regarder. Il était vrai qu'elle était dans un pitoyable état. Je lui caressa la joue et lui souris. Encore et toujours ce sourire.

De un tu n'es pas laide, de deux, c'est vrai tu es sale et mal amanché.

Je lui souris de toutes mes dents et lui déposa un baisé sur sa joue droite. Lorsqu'elle me demanda de l'aider, je recula un petit peu, pas par peur, ni pârce que j'étais choqué. Simplement pour regarder la femme que j'aimais plus que tout au monde. Lorsque je me rapprocha et qu'elle me pris la main en disant que j'allais venir l'aider, je lui rendis son regard et son sourire encore plus mesquin...

Tu sais très bien que j'irais où tu voudra... Donc pourquoi ne t'aiderais-je pas?

Je serra sa main et commença a partir dans la direction qui lui plaisait... Une bonne douche fait toujours du bien...

La personne qui à mes yeux représentait ma place partout où m'entraîna dans les couloirs et les corridors où trainaient encore quelques élève qui avaient finis de souper et qui n'avaient pas encore rangé leurs affaires dans les dortoirs. On les croisaient, une valise a la main, ou bien un animal les suivant a petit pas, attendant que l'on leur prête l'attention qui leur était due.

Lorsque l'on arriva au niveau des dortoirs des Poufsouffle, Snow se retourna subitement et m'attira vers elle avec des allures de tigresse en me prenant par la cravatte et m'embrase fougueusement. Si je devait décrire ce moment là, je pense que l'on pourrait croire qu'une lionne enragée s'attaquait à un daim surpris. Je lui rendis ce baiser avec autant de force, si ce n'est plus et lui caressa la joue.

Elle se recula lorsque le baiser fuit rompus et elle me dévora du regard. Un propfopnd regard qui me sondait dans tout mon être... Un regard brûlant d'une nouvelle flamme... Ou d'une flamme que je n'avais pas dicerné avant... Une flamme magnifique de passion et surtout de désire... Ce regard là, je le rendis a ma manière. La sienne était plus sauvage, le minenne était plus douce... Un sourire aux coin des lèvres...

C'est alors qu'avec une énergie débordante, elle me pris par la cravatte et m'emena dans la salle de bain des préfet, qui était propre, un bain chaud et mousseux nous attendant... Elle me relâcha doucement et me tourna le dos. Puis ele pris ses cheveux et me lança un regard en arrière pour me demander de l'aide...

Rougissant un peu troop, je m'approcha timidement et l'embvrassa sur le cou. Mes mains la caressèrent et l'une d'entre lle se laissa aller vers la fermeture éclair de sa robe noir tâchée de boue. Je fis coulisser sa fermeture et lui enleva sa robe.

Je n'avait jamais vu Snow comme cela, et je dois dire en toute honnêteté de l'homme que je suis que cette magnifique vue ne me laissais pas sans aucuns effet. L'effet en question eu pour but de me faire ressentir une bonne sensation de plaisir...

Je jeta sa robe dans un coin de la salle de bains et enleva ma cravate et ma chemise. Torse nu, je me colla a elle et commença à l'entraîner dans le bain chaud. Une fois arrivée dans cette immense fluide chaud et mousseux, je commença a la caresser en la nettoyant à l'aide de l'eau savonneuse. Sa peau était douce... Ses cheveux était magnifique... Son, corp semblait celui d'une déesse... J'insistais sur sa poitrine, passant sur ses sous vêtements... Je l'embrassa sur le bas du cou... Plus pour me retenir de faire plus que pour ne pas lui en donner trop....

[en cours...]

*************************


On avait une matinée de libre avant de retrouver notre professeur principal pour qu'il nous fournisse nos emplois du temps. J'en profita pour me rendre dans le parc pour prendre l'air, m'éloignant un peu de tout et de rien à la fois... Je me laissais aller dans cete immensité de verdure où faune et flore était maîtres distingués du milieu où je me trouvais.

Sans trop savoir pourquoi, je me retrouva en dessous d'un magnifique chêne, à une centaine de mètre du saule cogneur. Je posa ma main sur son écorse, l'appréciant a sa juste valeur. Il mesurait environ 20 mètre de haut et avait les débuts de l'automne dans ses feuillages. Me sentant bien en cet instant, je m'assis ccontre son tronc et ferma les yeux. Les nuages dissimulaient quelques rayons du soleil et ceux ci venaient éclairer le parc de leur lumière.

Je perçut un bruit dans les feuillage et un écureil roux sorit sa tête de ceux ci. Je lui souris et lui tendis la main en disant :

Salutation, désolé de m'être imposé chez toi...

L'écureuil recula devant l'avancé de ma main et cligna des yeux devant ma phrase. Ceci acceptua mon sourire. Avisant un glans qui se trouvait par terre, je le pris et le lui tendis. Les clignement d'yeux se firent plus intenses, symbole d'une incompréhension totalle. Je continuais de sourire, encore et toujours.

L'écureuil finis par descendre de son logis pour venir a pas feutrés et prudent vers le gland tendus vers lui par l'inconnus imposant à la bouche pleine de dents. Il arrivga vers le gland et le pris dans la main d'un geste rapide, par peur de le perdre. Mais voulais être trop rapide, il ne mit pas assez de force dans son geste et il laissa tomber le gland sur ma tunique de sorcier aux couleur jaune et noir. Je souris. Je ne bougea pas. L'écureil avança a pas prudent vers le bas dui tronc et sauta sur son gland, et donc sur ma chemise. Je souris et lui tendis ma main, un autre gland à l'intérieur. Les clignement d'yeux réapparurent...

[en cours...]

*************************


Bien avant l'aurore, alors que tout le châteauétait encore endormis, je me leva... Pourquoi? Simplement parce que le sommeil me manquais. J'avais dormis suffisament et les souvenir d'une époque noire ou le regard des autres m'effrayait plus que tout.

Je pris une rapide douche et m'habilla simplement de la tunique noire et jaune de Poufsouffle. Me passant un coup de peigne dans les cheveux et me dirigea silencieuxement pour me rendre dans la salle commune. Je pris un livre sur la défense contre les forces du mal, histoire de faire comprendre au nouveau professeur que je savais de quoi il parlait. Un sortilège qui repousse les insecte venimeux. Sympathique... Mais je ne pense pas que le cours qui se déroulera dans deux heures portera là dessus. Et ainsi, je continua ma lecture silencieuse, me plongeant dans le livre pour en tirer judsqu'a la dernière goutte de savoir...

Lorsque je me rendis compte du bruit d'activité qui règnait dans la salle commune, je jeta un coup d'oeil a la pendule au dessus de la cheminée. En écarquillant les yeux, je pris mon sac en toile grise et fourra mes bouquins dedans. J'avais pris celui sur les sortilèges de protection et celui sur les sort anti-créatures. Sans oublier mes feuilles de parchemin soigneusement rangée dans leur étuis ainsique ma plume aux allures de feu, grâce a sa couleur rouge jaune et orange.

Je partis dans la précipitation et bouscula en m'excusant maladroitement quelques élèves qui me lancèrent des regard plutôt sombre. Ces regard me firent dresser les poils du cou... Le passé reste le passé... Même si celui ci fait partit du présent... J'arriva en courrant devant la salle de cours, les pas résonnant dans le couloirs et ne passant pas inapperçus.

Je me présenta devant la porte éssoufflé et un peu débraillé. Je me dirigea vers ma table en faisant tomber mes livres par terre, à cause de ma course folle, ceux ci s'étaient égarés un peu partout dans mon sac et avaient finis par arrier sur le bord où un simple mouvement de jambe les ferait tomber. Rougissant un peu je marmona des excuses confuses au nouveau professeur et lui fis un signe de tête plus qu'embarassé en ramassant mes précieux livres. Je m'installa aux côté de Snow et plaça mes livre et mes affaire sur l'angle de la table. Puis je me massa les tempes en soupirant...

On ne peut pas faire pire je pense...

[en cours...]

*************************
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Rps de Dwarf Maul (bout a bout...)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un petit bout de parchemin qui dépasse..
» Marabout # Bout de ficelle...
» Le Chamane du bout du monde
» Jusqu'au bout de la nuit [Pv : Carpe Diem]
» Joe Jack-La vie au bout des doigts

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard Forever :: Hors RPG :: Forum-
Sauter vers: